CHEMIN DES PLUMES

Voyager & découvrir

207 loups abattus en France en 2023 : triste bilan

À l’heure où le gouvernement choisit la régulation plutôt que la protection du loup avec son nouveau Plan National d’Actions « Loup et activités d’élevage » et la simplification des protocoles de tirs, nous partageons le bilan des loups tués en 2023.

Au 2 janvier 2024, 207 individus abattus ont été décomptés sur un plafond autorisé de 209 individus (19 % de la population lupine) pour l’année 2023.

Décomptage et répartition géographique des loups abattus en 2023 :

  • Alpes-de-Haute-Provence – 38 loups
  • Hautes-Alpes – 19 loups
  • Alpes-Maritimes – 52 loups
  • Aveyron – 1 loup
  • Corrèze – 1 loup
  • Côte-d’Or – 1 loup
  • Drôme – 16 loups
  • Isère – 13 loups
  • Lot – 1 loup
  • Lozère – 1 loup
  • Saône-et-Loire – 2 loups
  • Savoie – 25 loups
  • Haute-Savoie – 10 loups
  • Var – 18 loups

À cette liste s’ajoutent 9 loups abattus hors protocole (destruction illégale).

FERUS rappelle que :

  • le loup est une espèce protégée et son état de conservation en France est encore fragile,
  • les projets de PNA et de simplification des protocoles de tir ont reçu un avis défavorable du Conseil National de la Protection de la Nature,
  • les tirs peuvent être contre-productifs lorsqu’ils déséquilibrent les meutes, entraînant alors d’autres prédations,
  • la notion de non-protégeabilité (tirs autorisés autour de troupeaux non protégés) est considérée comme dangereuse pour la conservation des loups par le CNPN dans son avis du 19 octobre 2023),
  • L’état privilégie les tirs, pourtant le triptyque de protection non létal (présence humaine, chiens de protection et clôtures) continue de faire ses preuves : (https://www.ferus.fr/actualite/troupeaux-surveilles-zero-predation-enregistree)

Malgré l’avis des associations de défense de la nature, des scientifiques et les résultats des consultations publiques 2023 sur le PNA Loup :

  • Les tirs de défense simples peuvent désormais être effectués par deux, voire trois tireurs,
  • Les tireurs (louvetiers et agents de l’OFB) n’ont plus l’obligation d’éclairer la cible avant l’abattage,
  • Tous les tireurs pourront recourir à du matériel de vision nocturne (les lunettes de tir à visée thermiques restent cependant réservées aux louvetiers et agents de l’OFB),
  • L’abattage d’un loup ne suspendra pas l’autorisation de tir de défense (simple ou renforcé).

Les compteurs sont désormais remis à zéro pour 2024*.

Avec ce nouveau PNA qui assouplie les règles de tirs nous craignons une année très difficile pour les loups. La coexistence entre le canidé sauvage et les métiers du pastoralisme est pourtant possible et FERUS continuera d’agir pour y parvenir.

* au 5 mars 2024 : 12 loups abattus décomptés (contre 6 à la même date en 2023)