CHEMIN DES PLUMES

Voyager & découvrir

Sur l’encadrement de la chasse, les Français sont bien plus sévères que le gouvernement – SONDAGE EXCLUSIF

Le gouvernement envisage, entre autres mesures, d’instaurer une demi-journée par semaine sans chasse. Une hypothèse timide par rapport aux aspirations des Français.

Par Anthony Berthelier

Sur la régulation de la chasse, les Français sont bien plus sévères que le gouvernement – SONDAGE EXCLUSIF

POLITIQUE – La chasse n’a plus cours. Selon une enquête menée par YouGov pour Le HuffPost en ce début novembre, les Français sont très favorables à un encadrement strict de la chasse, à l’heure où le gouvernement avance à tâtons sur une prochaine feuille de route pour « améliorer et garantir » la pratique.

Parmi les principales pistes, reprises d’un récent rapport sénatorial, figurent par exemple la création d’un délit d’alcoolémie ou l’instauration d’une demi-journée par semaine sans chasse. L’objectif est d’aboutir à des mesures concrètes (via des arrêtés ou des décrets) « d’ici la fin de l’année », selon la promesse de la secrétaire d’État à l’Écologie Bérangère Couillard, formulée le 25 octobre dernier.

Autant d’idées bien accueillies par les Français, selon notre étude. Dans le détail, 87 % des personnes interrogées approuvent la mesure qui consisterait à limiter la consommation d’alcool (à 0,8 g/l), en alignant les futures règles sur les mêmes exigences que pour les automobilistes.

Les Français pour une interdiction « totale » de la chasse

Un taux d’approbation peu commun pour une hypothèse gouvernementale qui s’explique, en partie, par une hostilité grandissante vis-à-vis de la chasse en tant que telle. À tel point que les Français sont aujourd’hui majoritairement favorables, d’un cheveu, à l’interdiction pure et simple de la pratique. Dans notre sondage, 51 % des personnes interrogées prônent une interdiction « totale ». Ils sont 39 % à y être opposés.

Alors sur l’alcool, comme sur les autres points à l’ordre du jour, l’exécutif apparaît timide par rapport aux aspirations des Français. Ils sont par exemple 85 % à se dire favorables à l’idée de bannir l’alcool pendant la chasse. Sans sommation, donc, ni tolérance pour le moindre verre.

Dans cette même logique, la population, dans son ensemble, ne serait pas contre l’avènement de créneaux « sans chasse » plus larges que la demi-journée envisagée. Interrogées sur plusieurs hypothèses différentes avancées ici et là dans le débat public, les personnes sondées par YouGov se tournent vers les options les plus radicales. Sept sur dix sont ainsi favorables à l’interdiction de la chasse les dimanches et jours fériés. Même chose pour les vacances scolaires.

Derrière ces chiffres, difficile de ne pas voir la conséquence des accidents de chasse qui font régulièrement la Une des médias locaux ou nationaux. Selon les chiffres de l’Office français de la biodiversité, le nombre de ces incidents est tendanciellement à la baisse depuis 20 ans.

Néanmoins, pour la saison 2021/22, l’OFB a recensé 90 faits (blessures corporelles liées à l’utilisation d’une arme de chasse), contre 80 la saison précédente. Parmi eux, huit ont été mortels, deux ont concerné des victimes non-chasseurs. De quoi justifier « l’objectif » de la secrétaire d’État Bérangère Couillard, « vers le zéro accident dans les années à venir. » Une bonne façon, sans doute, de réconcilier les chasseurs et la population.

Enquête réalisée en ligne du 31 octobre au 2 novembre sur 1 004 personnes représentatives de la population nationale française âgée de 18 ans et plus. En partenariat avec YouGov.