CHEMIN DES PLUMES

Voyager & découvrir

En Papouasie-Nouvelle-Guinée, cet oiseau rare et disparu depuis 1882 a été redécouvert

Le faisan-pigeon à nuque bronzée est réapparu sur une île de Papouasie-Nouvelle-Guinée où il avait été observé il y a 140 ans.

ENVIRONNEMENT – Son nom ne vous dit probablement rien : le faisan-pigeon à nuque bronzée. En même temps, l’espèce n’a été observée qu’une seule fois, il y a 140 ans. Elle était depuis considérée comme éteinte. Enfin, c’est ce que l’on croyait… Une équipe de scientifiques a (re)découvert cet oiseau extrêmement rare dans une forêt de Papouasie-Nouvelle-Guinée, ce dimanche 20 novembre 2022, selon CNN.

En 1882, ce pigeon de grande taille à la queue épaisse, le geai noir et les ailes rouge orangé, avait été observé sur la petite île de Ferguson, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, dans l’océan Pacifique. Mais depuis, plus rien, même lorsqu’une expédition est lancée en 2019 afin de retrouver sa trace. Ce qui n’a pas découragé les chercheurs du musée national de l’archipel tropical et du laboratoire américain sur les oiseaux de partir à nouveau à sa recherche.

Apparu sur un piège-caméra

Ils se sont donc rendus sur l’île où le pigeon a été observé dans le cadre d’une mission considérée comme dangereuse, du fait des difficultés d’accès à l’île montagneuse. Les scientifiques ont installé douze pièges photographiques, et discuté avec des locaux mais aussi des chasseurs… En vain, puisque l’oiseau a pris le temps pour pointer le bout de son bec. Ce que deux jours avant le départ qu’il a fait une apparition de quelques secondes sur une caméra installée en forêt.

« C’est comme si on avait trouvé une licorne ! Autrement dit c’est précisément le genre de moment pour lequel on vit quand on est ornithologue », explique l’un des scientifiques, John Mittermeier, dans un communiqué de l’université. D’autant plus que l’animal se trouvait « dans une zone avec des crêtes et des vallées escarpées. »

La communauté scientifique connaît encore peu de choses sur cette espèce, si ce n’est qu’elle semble endémique à cette petite île de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Impossible de savoir combien il en reste. Mais une chose est sûre : cette espèce de faisan-pigeon n’est plus considérée comme disparue.