CHEMIN DES PLUMES

Voyager & découvrir

Cantal : une randonneuse de 25 ans tuée par balle dans un accident de chasse

La jeune femme a été tuée samedi après-midi alors qu’elle se promenait sur un chemin balisé. L’auteur présumé du tir est une chasseuse de 17 ans qui participait à une battue aux sangliers.

Une randonneuse de 25 ans est morte samedi 19 février à Cassaniouze (Cantal), tuée par une balle perdue pendant une battue aux sangliers, a appris France Bleu Pays d’Auvergne auprès du parquet d’Aurillac.

L’accident de chasse s’est produit en début d’après-midi au lieu-dit La Bécarie alors que la victime se trouvait sur un circuit de randonnée balisé où elle se promenait avec son compagnon. La jeune femme a été atteinte par le tir au niveau du haut du corps, indique le parquet sans donner plus de précision. Les secours n’ont pas réussi à la réanimer.

>>> Accidents de chasse : quatre questions sur leur fréquence et les règles censées les éviter

Selon les gendarmes, l’auteur du tir est une chasseuse de 17 ans résidente du département voisin de l’Aveyron. Extrêmement choquée, elle a été transportée à l’hôpital d’Aurillac et n’a pas pu être entendue par les gendarmes. Elle a par ailleurs été testée négative aux stupéfiants et à l’alcool. Une enquête est ouverte pour homicide involontaire, indique le parquet d’Aurillac à France Bleu Pays d’Auvergne.

Un appel « à prendre la mesure du drame »

La secrétaire d’État à la Biodiversité, Bérengère Abba, a réagi sur Twitter samedi soir, évoquant un « drame insoutenable et inacceptable ».

Le président de la Fédération nationale des chasseurs a réagi lui aussi, présentant « à la famille de cette jeune femme et à ses proches ses plus sincères condoléances »  et lançant un appel à « prendre la mesure du drame »« Sans attendre les résultats de l’enquête, je veux vous dire que rien ne peut justifier, même de façon accidentelle, la mort d’une personne », a-t-il souligné. « Je vous demande d’exclure de vos chasses toute personne qui n’aurait pas une conduite sécuritaire parfaite lors de la pratique de notre passion », a ajouté Willy Schraen, car « il en va de notre avenir collectif ». Il annonce qu’il contactera « toutes les fédérations de chasseurs, pour qu’il soit rappelé à chaque organisateur de battue l’ensemble des règles de sécurité propre à toute pratique de chasse ».