CHEMIN DES PLUMES

Voyager & découvrir

Arbres : les avantages du mélange d’essences

Loïc Chauveau

La combinaison de plusieurs espèces (pins, bouleaux, chênes…) augmente la biomasse et le carbone stocké tout en réduisant les attaques de ravageurs (ici à Cestas, Gironde).

R.SEGURA – BIOGECO – INRAE

 

47 % des peuplements en France sont considérés comme « monospécifiques » par l’Inventaire forestier national. Pourtant, le mélange d’essences apporte de nombreux bénéfices.

Une même espèce d’arbres plantée en lignes, est-ce bien raisonnable ? La question se pose depuis les tempêtes de 1999 qui ont vu 200.000 hectares de la forêt de pins landaise être détruits par les vents.

De nombreux bénéfices

47 % des peuplements en France sont considérés comme « monospécifiques » par l’Inventaire forestier national. Depuis une vingtaine d’années, le réseau scientifique Treedivnet compare la productivité des espaces en monoculture avec ceux où les essences sont mélangées. « Ici, à Cestas (Gironde), nous observons ainsi les mélanges de pins maritimes avec des bouleaux, des chênes pédonculés et des chênes verts « , expose Hervé Jactel, qui gère 12 hectares où se côtoient 256 placettes en mélange.

Lire aussiUn an après les feux, les Landes veulent se réinventer

Dans les Landes, comme partout ailleurs dans le monde, le match donne toujours le même résultat : la production de biomasse est supérieure de 25 % pour les mélanges, le carbone stocké par les arbres augmente de 70 % et les attaques de ravageurs diminuent de 40 à 50 %.

Un changement encore difficile

« Il y a trois sortes d’explication, note Hervé Jactel. En mélange, on peut planter plus d’arbres à l’hectare parce qu’ils occupent des hauteurs de canopée et des profondeurs de racines différentes. Ensuite, chaque espèce d’arbre aide sa voisine à fertiliser le sol. C’est le cas du bouleau avec le pin. Enfin, le mélange leurre les insectes ravageurs spécialisés dans une espèce d’arbre, qui ont ainsi plus de mal à trouver pitance.  » Le mélange des essences représente donc une solution séduisante.

Sauf que la plantation d’une seule espèce en ligne reste la seule à pouvoir être exploitée industriellement. Les professionnels du bois tendent à enregistrer une première évolution en ce sens : le bocage forestier, qui consiste à planter des feuillus en bordure des alignements de résineux, est une idée qui progresse. De fait, les incendies de 2022 ont au moins montré que ces « haies » arborées ralentissaient l’avancée du feu.